Mercredi 5 février 2014 3 05 /02 /Fév /2014 12:20
1375245_10201429660897694_1244849533_n.jpgMonter dans cette merveille de technologie et de puissance, stationnée entre un jet privé et un gros porteur, à quelques minutes de chez soi ;
Eprouver à la mise à feu, à l'accélération puis à la rotation la victoire sur ce qui a jusqu'à peu été considéré comme physiquement impossible ;

Arracher ces presque deux tonnes du sol où la beauté et le bonheur se gagnent à coup de combats, de soucis et d'argent;

S'élever à une hauteur où plus rien ni personne ne peut nous atteindre ;

Prendre une route que jamais personne n'avait empruntée auparavant ;

S'arroger la liberté arbitraire de tourner autour d'un chamois ou, à l'inverse, de tracer une ligne droite à près de 400 km/h vers la destination de son choix, si lointaine qu'elle serait inatteignable autrement ;
Ou si proche que prendre un avion était d'un ridicule mais extraordinaire superflu ;

Apprécier que depuis quinze ans d'aventures aériennes à travers le monde, aucun policier, aucun douanier ni aucune autorité ne soient venus contrôler l'intérieur d'un de mes avions : les pilotes savent qu'on ne triche pas si l'on veut rester vivant ;

Se rendre compte que le chemin le plus court entre deux points n'est pas la ligne droite, mais le rêve ;

Se foutre d'ailleurs complètement des lignes droites et des chemins les plus courts ;

Exprimer ce qu'on a de plus beau en soi: l'anticipation, la précision, la manifestation permanente d'un savoir-faire maîtrisé, la compréhension absolue de ce qui se passe, les égards pour les autres, le goût du partage, la droiture ;

Se sentir immunisé de tout stress, de toute tristesse, de toute colère, de la jalousie, du racisme, de la haine et de tous ces mauvais sentiments qui pourrissent l'âme de ceux qui rampent au-dessous de la ligne d'horizon;

Être maître des battements de son cœur, qu'on peut accélérer ou apaiser à volonté, en quelques secondes  et au prix de risques consentis avec malice ;_DSC0335.JPG

Chercher à vivre ces émotions avec d'autres, qu'on a choisis à ses côtés ;

Voir pleurer quelqu'un d'émerveillement, plongé dans une troisième dimension qui leur a été réservée l'espace d'un moment ;

Rassembler parfois en une seconde ce qu'on a de plus fort pour vaincre l'envie qu'a l'avion de tomber, comme le  bateau de couler, l'amour de s'essoufler, la santé de disaraître ou la vie de s'arrêter.

Voler.
Traite-moi de ce que tu voudras, esprit chtonien : j'ai rendez-vous avec l'absolu à chacune de mes évasions.
Par Pyrame
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

A mes lecteurs

Vos commentaires sont non seulement les bienvenus, mais ils sont le seul baromètre dont je dispose pour juger de l'intérêt que vous avez éventuellement porté à mes lectures.

 

Et sans votre intérêt, pourquoi écrirais-je encore...

Les mots qui comptent...

"On reconnaît le bonheur au bruit qu'il fait en sortant." (M. Foucault)

 

"Je crois que tout se résume à un simple choix: dépêche-toi de vivre, ou dépêche-toi de mourir." (S. King)

 

"Le chemin le plus court entre deux points? Ce n'est pas la ligne droite, c'est le rêve". Ma petite Diane, du tac au tac: "Pourquoi alors tu veux prendre le chemin le plus court?"

 

"Ne dis jamais rien qui ne puisse être entendu par ton pire ennemi."

 

"On croit les gens heureux

Parce qu'on ne les connaît pas

On ne vit pas chez eux

Leurs blessures ne saignent pas"

...et puisqu'il faut une photo

Catégories

Partager

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés